Welcome

Il était une fois… Jack O’Lantern

Avec le 31 octobre vient Halloween. Le jour où les citrouilles sont reines et mises à l’honneur et lorsque le soir vient, des « petits monstres » passent réclamer quelques sucreries en échanges d’une farce ou d’un sort en cas de récolte infructueuse…

Mais derrière la culture populaire, que cache ce potimarron sculpté avec son sourire édenté.

Dans ce petit article nous n’allons pas nous attarder sur la fête païenne de Samhain, Halloween (31 octobre), la Toussaint (1er novembre) et la Fête des morts (2 novembre) mais sur la légende de Jack O’Lantern

De nos jours, la croyance populaire pense qu’une fois par an, lors de la nuit d’Halloween, version moderne de Samhain, le monde des vivants et des morts vibrent à la même fréquence pour co-exister sur la même « fréquence ». Pour tempérer les ardeurs des esprits, les humains placent ainsi devant leurs demeures des offrandes telles des denrées alimentaires et surtout des légumineuses creusées pour y placer une bougie dans une but opératif de protection. Dans le folklore moderne, les fameuses citrouilles d’Halloween sont nommées communément « Jack O’Lantern ».

Nous allons ainsi vous compter sa légende…

Il était une fois, un vieil ivrogne nommé Stingy Jack. Il vivait en Irlande, il y’a de cela plusieurs centaines d’années.

Cet homme était surtout connu pour sa malignité et son avarice. Jack était réputé pour jouer de mauvais tours à son entourage et ses tournées dans tous les pubs de la région allant jusqu’à l’ébriété. Mais Stingy Jack trainé une funeste réputation d’homme méchant. Sa cruauté était telle qu’il attira même l’attention de Lucifer en personne, l’archange déchu. Ce dernier se rendit sur Terre pour le rencontrer et surtout l’envoyer directement aux Enfers.

Lucifer le croisa sur un chemin de terre, titubant et divagant des obscénités à travers les campagnes à l’orée d’un carrefour, croisement des chemins.

Le diable lui dit : « Jack, tu as été cruel tout au long de ta vie. Suis-moi, que je te condamne aux Enfers pour l’éternité. »

Malgré son état, le vieil ivrogne ne se démonta pas devant le Roi des Enfers et accepta son offre : « D’accord, je te suis… Mais avant de m’emmener, offre-moi un dernier verre au Pub. »

Étonné, Lucifer l’accompagna prendre son dernier verre au pub le plus proche de l’endroit où ils se trouvaient.

Là-bas, Jack commande une bière, mais n’a pas d’argent pour payer. Le Diable décide alors de lui payer sa tournée et se transforme en pièce de six pence. Mais au lieu de régler sa note, Jack place la pièce dans sa poche à côté d’une petite croix en argent. La proximité avec cet objet pieux l’empêche de reprendre sa forme véritable et il se retrouve sceller dans cette simple pièce de monnaie. Jack fier son méfait propose un pacte à Lucifer : si ce dernier la laisse tranquille durant 10 ans, alors il le libèrera de sa prison. Furieux, Lucifer Le Diable accepte et retourne torturer ses âmes damnées en Enfer.

Dix ans s’écoulent alors. Le Diable, rancunier décide de revenir voir Jack.

Le Vieux Jack accepte de le rejoindre. Cependant, ce dernier lui demande si Lucifer veut bien lui cueillir une pomme avant de l’emporter en Enfer. Le Diable acquiesce et monte sur un pommier. Jack cerne alors le tronc de l’arbre avec plusieurs croix, le piégeant de nouveau.

Lucifer gronde de sa voix de centaure : « Libère moi ! Pauvre Mortel ! »

Jack finit par le délivrer à la seule condition d’être tranquille à jamais. A contre cœur, Lucifer s’y résout et accepte.

Quelques années après ce dernier évènement, Jack décède mais se voit refuser l’entrée des portes du Paradis par Saint Pierre à cause de tous ses pêchers et de sa vie de débauche et de malignité. Jack se rend devant la porte de l’Enfer, et demande à Lucifer de finalement le laisser entrer. Mais ce dernier, jubilant lui dit : « Je ne te ferais pas entrer… Rappelles-toi la promesse que je t’ai faite… »

Désespéré de se voir errer pour l’éternité, Stingy Jack ne sait que faire et où se rendre. Il demande alors à Satan quoi faire… Ce dernier lacunaire, lui dit non pas avec plaisir : « Rentres chez toi, Jack ! Retourne d’où tu viens… »

Jack décide de rebrousser chemin mais la route est sombre et ténébreuse. Apeuré, Jack a besoin de lumière pour guider ses pas… Il lui demande alors un peu d’aide. Lucifer lui procure des braises infernales qu’il incère dans un navet en guise de lanterne.

Depuis ce jour, Jack est une triste âme errante perdue entre le monde des vivant et des morts, sans but.

Moralité de l’histoire

Ne laissez pas les vicissitudes d’une vie prendre le pas sur votre âme et n’essayez JAMAIS de jouer avec le Malin car il trouvera par tous les moyens à se jouer de vous pour l’éternité…

Source : guide-Irlande.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *