Welcome

Outils sonores de soin et de purification (part 1/3)

Les différents outils de sonorités présentés dans cet article ont une action sur le corps vibratoire, les énergies nous entourant et donc les entités.

Le bol chantant (tibétains)

Originaire de l’Himalaya, le bol chantant est connu pour ses vibrations sonores à effets curatifs.

Existant depuis plus de 3000 ans, ils sont utilisés pour :

  • La guérison
  • L’harmonisation et l’équilibre des chakras
  • L’élévation du taux vibratoire d’un lieu ou d’une personne
  • Les soins énergétiques
  • La « sonothérapie »

Le magnétisme de leurs sonorités, associées à des fumigations ou de l’encens permet de « nettoyer » les lieux de vie des énergies négatives pour améliorer la circulation des flux énergétiques.

Les bols chantants peuvent être faits avec différents métaux et en différentes tailles afin de varier leurs sonorités vibratoires. Ils sont usités pour effectuer des bains vibratoires, c’est-à-dire pour créer une mélodie vibratoire perçue par plusieurs individus dans une salle, partageant l’expérience. Les gongs tibétains possèdent le même type de fonctionnement.

Le tingsha (cymbales tibétaines)

Ces cymbales sont faites généralement en alliage de bronze, reliées par une corde de cuir. Elles sont ornées de motifs traditionnels tibétains.

Leur son clair et pur produit en les entrechoquant est utilisé afin de :·

  • Repousser les âmes errantes
  • Accompagner les défunts
  • Remonter l’énergie vibratoire d’un lieu
  • Il peut aussi être utilisé en sonothérapie et accompagner les soins quantiques comme le bol tibétain.

La clochette (dribou) tibétaine associée au vajra (dorje au Tibet, kongose au japon, outil de passeur d’âme)

La cloche représente la vacuité, associée au divin féminin représenté par un lotus à huit pétales.

Le vajra représente les cinq facettes du diamant soit les cinq sagesses de l’esprit éveillé. Il est associé au divin masculin.

La cloche va de pair avec le vajra, leur union est celle de la connaissance et de la compassion (union du masculin et du féminin sacré).

Ces outils sont utilisés pour de nombreux rituels bouddhiques.

Le vajra se tient dans la main droite et la cloche dans la gauche.En pratique (pour les passeurs d’âme) la sonorité de la cloche appelle les esprits perdus (qui ne sont pas passés dans la lumière).

Ainsi, par le vajra ils passent du samsara (monde terrestre) représenté par la partie orientée vers le bas (touchant la terre) au nirvana (Terres pures ou paradis bouddhiques), partie orientée vers haut (le ciel). La partie centrale permet de rejeter les mauvais esprits si l’un d’eux se présente par cet artefact.

La lumière est propre au vajra. Ce dernier a le pouvoir de briser les ténèbres, tout en se protégeant de toute destruction. Symboliquement il est le tonnerre de mille lames forgées dans du fer ou de l’or mélangé à du bronze ou de la pierre.

#EnQuêteDeLumière

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *